Rapport sur l’état présent des études relatives à l’historiographie antique : Hellanicos de Lesbos, Hérodote, Thucydide

Par Théo Polychronis (15 octobre 2015)

Quand on se penche sur le problème de la naissance de l’historiographie grecque, les manuels d’histoire littéraire parlent avant tout d’Hérodote ou de Thucydide et ce n’est que très rapidement qu’ils mentionnent certains noms de « prédécesseurs », qui auraient fait quelques efforts pour organiser grâce à leur œuvre le passé de façon organisée et rationnelle sans pour autant faire preuve de grande originalité ou présenter de grand intérêt. Ainsi, l’impression que l’on a est qu’un beau jour, Hérodote et Thucydide sont soudainement apparus et ont révolutionné, chacun à sa manière, la transcription du passé ; le contact qu’ils ont pu avoir avec les auteurs contemporains, l’originalité de ces derniers, la question du rapport entre ces auteurs, la dette, enfin, d’Hérodote ou de Thucydide envers ces prosateurs reste obscure et problématique.

C’est ce rapport qui sera étudié à travers Hellanicos de Lesbos, une figure mal connue, mais qui devait faire figure d’autorité du temps de Thucydide. Il s’agira de faire découvrir un de nombreux prosateurs qui étaient actifs du temps de Thucydide pour essayer de comprendre quel fut le rôle de ces derniers dans l’élaboration du genre littéraire de l’historiographie, d’étudier quelles sont les difficultés liées à l’étude d’un auteur dont le corpus subsiste à l’état de fragments uniquement, et de voir, enfin, quels ont pu être les rapports entre cet auteur et Hérodote et Thucydide.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.