Archives par mot-clé : médecine

Une présentation très personnelle des historiographies de la médecine.

Par Hélène Castelli (12 novembre 2015).

L’exposé est d’emblée qualifié de « très personnel » pour signifier qu’il ne saurait être question de poursuivre un but d’objectivité et d’exhaustivité. Il s’agit de faire part de la perception limitée que peut avoir une doctorante de deuxième année d’un champ historiographique à la fois ancien et vaste. L’histoire de la médecine s’est institutionnalisée en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Aujourd’hui, rien qu’à Paris, deux séminaires de recherche en sciences humaines lui sont consacrés. Ainsi, quels sont les grands courants historiographiques en matière de médecine, et qu’est-ce qui les différencie ? Comment se situer par rapport à ces courants en tant que doctorante ?

Une première partie présente l’historiographie qualifiée de « traditionnelle » de la médecine. Majoritairement écrite par des médecins de métiers et des philologues, elle fait la part belle à l’évolution des savoirs médicaux. Une deuxième partie présente l’histoire sociale de la médecine, introduite en France dans les années 1960 par l’historien Jacques Léonard. Ce courant invite à orienter la réflexion vers la médecine considérée comme une pratique sociale. Il s’agit de s’intéresser aux actrices et acteurs du soin dans leur diversité, aux relations soignant.e.s-soigné.e.s et aux liens que les sphères du soin entretiennent avec les sphères politiques, économiques et culturelles. Une troisième partie présente les apports de l’anthropologie de la santé et de la guérison. Ce champ d’étude, très dynamique dans le monde anglo-saxon, ouvre de nouvelles perspectives dont l’historien.ne de la médecine – y compris de la médecine ancienne – ne saurait aujourd’hui se passer.

Hippocrate pater hugieiès. La fabrique d’un personnage majeur, du Ve siècle avant notre ère à nos jours.

Par Hélène Castelli (18 février 2015)

Presqu’exclusivement laissée aux commentaires exclusifs des médecins et des philologues, la vie du médecin Hippocrate mériterait une réflexion proprement historienne et tournée vers l’histoire sociale et l’histoire des représentations. Ainsi, que nous apprennent les sources sur ce personnage déjà majeur quelques années seulement après sa mort ? Comment l’historiographie a-t-elle traité ce personnage pour en arriver finalement à la constitution de cette figure à la fois iconique et désincarnée, ce personnage à la fois majeur et tombé dans l’oubli ?

Une première partie présente les sources anciennes qui nous permettent d’appréhender la vie du médecin. De son vivant, il n’est connu que par deux citations de Platon, qui affirment son existence et sa célébrité dans le monde grec. Après sa mort, les sources le concernant se multiplient : Aristote l’évoque, il est au centre des Lettres apocryphes et de divers écrits d’époque hellénistique. Une deuxième partie propose une relecture de ce matériel à l’aune de l’histoire sociale : Hippocrate, en tant qu’Asclépiade de Cos, fait partie d’un génos très renommé et fortuné en mer Egée. En témoignent son haut niveau de vie, son prestige, ses relations avec des souverains et les privilèges dont il jouit à Delphes et Athènes. Une troisième partie revient sur le traitement historiographique de cette figure. Il est le plus souvent vu comme un pionnier de la médecine dans le cadre de l’histoire téléologique et triomphaliste menée par les médecins depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et ce en dépit de la grande méfiance d’Emile Littré quant aux informations biographiques comprises dans les Lettres, décrets et harangues intégrés au Corpus hippocratique.