Archives par mot-clé : Danse

La danse de Lucien, une source pour l’étude de la pantomime antique ?

Par Agathe Migayrou (10 avril 2014).

L’objectif de cette communication était tout d’abord de présenter cette œuvre de Lucien et d’en faire un rapide commentaire explicatif s’appuyant sur les connaissances extérieures dont nous disposons sur la pantomime antique. À partir d’un bref résumé, il s’agissait également de mettre en évidence ce qui, dans ce texte, peut éventuellement venir compléter ces connaissances et permettre à l’historien de mieux comprendre et définir ce genre théâtral très particulier. Enfin, je souhaitais proposer une synthèse des articles des deux spécialistes qui ont récemment tenté de comprendre cette œuvre.

Le ΠΕΡΙ ΟΡΧΗΣΕΩΣ est la seule source littéraire développée sur l’art de la pantomime qui nous soit parvenue. Depuis la fin du XIXe, la paternité de Lucien sur ce texte n’a cessée d’être contestée par les éditeurs et, si en 1977 Anderson a mis en évidence de manière convaincante les ressemblances stylistiques et thématiques entre La Danse et les autres œuvres de Lucien1, l’ambiguïté du ton de l’auteur et de ses objectifs continue de déconcerter les commentateurs. Le texte est très descriptif et érudit mais la part des idées y est faible et il est très difficile d’y identifier la pensée de Lucien. Il ne semble pas non plus s’inscrire, selon les spécialistes, dans la tradition grecque. Lucien aurait écrit pour l’empereur Lucius Verus amateur de pantomime ainsi que pour les élites romaines, mais nous n’avons aucune certitude sur ce point. À première vue, Lucien nous fournit finalement assez peu d’informations concernant la technique de la pantomime puisqu’il s’intéresse essentiellement au contenu de ces spectacles en insistant sur ce que doit connaître un bon danseur en terme de mythologie et d’histoire, ce qui lui fournit surtout un prétexte pour mettre en évidence son érudition. Quelques informations essentielles transparaissent cependant dans son discours.

Il existe deux principaux types de spectacles scéniques dans le monde romain de l’époque impériale : le mime qui est un genre populaire assez hétéroclite proche de la farce, et la pantomime dans laquelle un danseur, masqué, interprète tous les rôles d’un mythe accompagné par un orchestre et un chœur ou un chanteur soliste. La comédie et la tragédie classiques subsistent dans le cadre des concours issus du monde grecs. L’objectif affirmé par Lucien est de contrer la critique morale traditionnelle à l’égard de la pantomime. Il faut souligner que les spectacles en général et la pantomime en particulier sont décriés dans la littérature latine, mais également grecque. L’éloge du danseur lui-même détonne dans une société où ces professionnels étaient frappés d’infamie. Toute l’historiographie du théâtre à Rome se caractérise par les tentatives renouvelées de comprendre ce paradoxe des spectacles, entre succès et critique morale virulente2. La critique portée par le personnage de Craton est intéressante à cet égard puisqu’elle met en évidence les fondements de cette condamnation morale et révèle la place de la pantomime dans la société et la culture gréco-romaines. On note quelques éléments structurants de cette critique : assister à un spectacle de pantomime est une activité futile, passive, basée sur un plaisir sensuel ; le goût de la danse, ou plutôt la passion qu’elle suscite est associée à une maladie qui rend fou et asservit ; une telle passion est indigne de la culture des élites et surtout elle porte atteinte à la virilité du spectateur qui contemple un être vil, efféminé, et séduisant (§ 1-6).

La plaidoirie de Lucien est avant tout un exercice de style qui lui permet de mettre en avant sa culture lettrée, sa connaissance des arts et sa maîtrise du genre. Cependant certains arguments et exempla donnés par son personnage Lycinius fournissent des informations précieuses pour comprendre à quoi pouvait ressembler cet art et préciser, nuancer ou conforter nos connaissances sur le sujet. La comparaison de la pantomime avec la rhétorique et l’éloquence ainsi qu’avec les arts plastiques (§ 35 et 62-65) met en particulier en exergue le fondement de cet art qui est de communiquer par la vue et non par l’ouïe en utilisant le corps et les gestes et non la voix ou un support externe. La pantomime est ainsi pensée comme un véritable langage qui combine donc à un plaisir sensuel évident une utilité didactique (§ 23). Le texte de Lucien confirme par ailleurs l’idée que le danseur de pantomime ne parle ni ne chante pendant sa performance physique car il risquerait de s’essouffler. La narration est prise en charge par des chanteurs accompagnés de musiciens (§ 29, 62, 68). Lycinius précise également que l’acteur joue masqué (§ 29) des rôles mythologiques extrêmement variés et notamment des rôles féminins (§ 28) et qu’un même acteur doit être capable de passer d’un rôle à l’autre de manière tout à fait explicite (§ 67). Si un même danseur semble incarner plusieurs rôles et que la pantomime semble reposer avant tout sur la performance de danseurs solistes, une anecdote laisse supposer que contrairement à l’idée la plus répandue, le pantomime n’était pas toujours seul à interpréter tous les personnages (§ 83). Enfin, le discours de Lycinius fait référence à deux phénomènes du théâtre bien attestés par ailleurs : la rivalité entre les artistes (§ 84) et le clivage des publics qui se manifeste par un mépris ostentatoire de la part des élites vis-à-vis du goût et des passions du peuple (§ 83).

Deux articles permettent par ailleurs de mieux comprendre cet ouvrage et d’aller plus loin dans son interprétation. On propose ici un bref résumé de leurs conclusions :

M.-H. Garelli, « La danza di Luciano : dagli artifici dell’elogio parodico ai dibatti contemporanei sull’identita », in Ritmo, parola, immagine, 2011, pp. 43-61.

Quel est le but de Lucien dans le Peri Orcheseos ? M.-H. Garelli a mis en évidence l’utilisation de procédés comiques que l’on retrouve par ailleurs dans d’autres œuvres ouvertement comiques de Lucien. Elle montre cependant que La danse n’est pas qu’une œuvre comique et que Lucien pousse plus loin la dérision en caricaturant les débats de son temps sur l’identité grecque à partir d’un défi impossible et donc humoristique : insérer la pratique la moins grecque, la moins élitiste, la moins virile qui existe dans les téchnai caractéristiques de l’identité grecque. Les valeurs en jeu dans le Peri Orcheseos sont celles en jeu dans les débats contemporains : l’identité grecque, la virilité, les élites, leur autopromotion. Mais en déplaçant les questions de fond sur un genre non grec et récent Lucien affronte ces questions dans une perspective inattendue et provocatrice en présentant le pantomime comme le sophiste idéal. Comme l’Anarchasis le Peri Orcheseos fait rire le public des contradictions internes d’une culture qui a de grandes difficultés à s’affirmer dans le contexte incertain et déstabilisant de l’empire.

I. Lada-Richards, «  ‘A worthless feminine thing’ ? Lucian and the ‘optic intoxication’ of pantomime dancing. », Helios, 30:1, 2003, pp. 21-75.

S’interrogeant sur l’ambiguïté du statut de la pantomime et de ses acteurs dans la société et la culture gréco-romaine, I. Lada-Richards entreprend de démêler la toile culturelle complexe dans laquelle s’inscrit cet art, entre succès exceptionnel et violente hostilité et met en évidence la nécessité pour ce type de performances de se construire une légitimité culturelle. Un réexamen radical de la pantomime comme code de communication partagé par delà les frontières socio-économiques, permettrait de mieux comprendre à quel point la pantomime entre en confrontation de manière complexe avec la culture visuelle, intellectuelle et politique du monde romain, et combien l’expérience d’assister à la pantomime, sorte de monnaie commune dans l’économie culturelle de l’empire, s’intègre dans le jeu complexe des discours plus larges sur l’éducation, le genre, sur la représentation et la mémoire civique, l’imitation, l’activité de spectateur et le jeu d’acteur.

1G. Anderson, « Lucian and the Authorship of De saltatione », Greek Roman and Byzantine Studies, 1977, 18, 3, pp. 275-286.

2Sur le théâtre à Rome voir F. DUPONT, L’acteur roi ou le théâtre dans la Rome antique, 1985 ; sur la pantomime plus spécifiquement voir M.-H. GARELLI, Danser le mythe. La pantomime et sa réception dans la culture antique, Peeters, 2007 ; enfin sur le statut de l’acteur à Rome voir C. HUHONIOT, F. HURLET et S. MILANEZI (eds), Le statut de l’acteur dans l’Antiquité grecque et romaine. Actes du colloque qui s’est tenu à Tours les 3 et 4 mai 2002, Tours, 2004.