Journée doctorale annuelle d’ANHIMA

Appel à communication pour la journée doctorale 2017
(20 mai, INHA)
Veuillez trouver ci-dessous l’appel à communication pour la journée doctorale 2017 de notre laboratoire : « En action! Agents, intentionnalités et modes d’agir dans l’Antiquité ».
Les propositions de communication (titre et résumé de 200 à 300 mots) sont attendues pour le 1er mars 2017. La journée doctorale aura lieu le samedi 20 mai et nous souhaitons, comme pour les éditions précédentes, que les actes en soient publiés.
N’hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement.
Très Cordialement,
Manon Brouillet et Alessandro Buccheri
brouillet [at] phare.normalesup.org
ale.buccheri [at] gmail.com

En action

Agents, intentionnalités et modes d’agir dans l’Antiquité

            L’agent intentionnel est une catégorie centrale de la pensée occidentale de l’action. Celle-ci est présentée comme articulée en une succession de moments : délibération, décision et exécution, et liée à l’existence d’un agent conscient de ces étapes, porteur d’une certaine intention, moralement et juridiquement responsable des actes accomplis. Les racines philosophiques de cette notion de l’action remontent à Aristote. Ainsi, l’action dans l’Antiquité a été surtout étudiée par les philosophes, qui ont cherché à définir la pensée de l’action propre à telle ou telle école philosophique.

            Dans le cadre de la prochaine journée doctorale d’ANHIMA, nous proposons d’interroger la catégorie de l’action sans la cantonner au seul domaine philosophique : nous entendons l’aborder selon des angles nouveaux, à partir d’interrogations d’ordres historiques ou anthropologiques, qui permettent de reprendre un projet jadis esquissé par J.-P. Vernant.

            En 1975, en effet, Vernant propose un programme d’enquête : « confronter les modalités de l’agent et de l’action telles que les exprime la langue grecque ancienne, avec les aspects qu’en présentent, dans la même civilisation, ces autres “langages” que constituent les mythes et rites religieux, certaines œuvres littéraires, des institutions juridiques, les opérations d’ordre technique, dans la mesure où, d’une façon ou d’une autre, les catégories de l’agent et de l’action se trouvent engagées à ces différents niveaux des pratiques sociales ». Il a alors l’ambition d’extraire la catégorie de l’agent du seul champ d’étude de la philosophie, pour l’examiner d’un point de vue anthropologique, influencé par la linguistique (Benveniste), la sociologie (Mauss), et par la psychologie historique de Meyerson. C’est bien dans les « œuvres » que Vernant propose de chercher l’action. Cela le conduit à l’idée que les Anciens ont connu la catégorie de l’action, mais pas celle de l’agent – s’il faut entendre par ce terme un « agent volontaire, source et origine de ce qu’il fait ». L’action pour les Anciens demeurerait en revanche l’effet de causalités multiples ; l’homme qui matériellement l’accomplit n’est qu’un des ressorts de l’action. Plus récemment, ces questions ont été reprises par C. Darbo-Peschanski qui a notamment montré que l’action, telle qu’elle est envisagée dans l’épopée homérique, demande l’intervention de deux agents, humains ou divins, l’un donnant à l’action son impulsion et l’autre son contenu. On peut aussi mentionner Ch. Gill selon lequel, chez Homère, la délibération, même solitaire, d’un personnage reproduit une sorte de dynamique interpersonnelle sur le modèle de l’assemblée politique.

            L’anthropologie propose des concepts utiles pour développer cette enquête dans de nouvelles directions. Le concept d’agency ou agentivité, qui porte l’attention non sur l’action mais sur la capacité à agir, autorise notamment à sortir de la définition du sujet humain comme seul porteur d’une intentionnalité. Il s’ouvre alors un espace pour envisager l’action comme reposant sur une multiplicité d’agents, humains ou non humains (dieux, objets), sans que les uns doivent être considérés comme subordonnés aux autres ou dépendant d’eux. Ainsi, les linguistes ont montré que le sens d’un énoncé ne dépend que partiellement de l’intentionnalité de son émetteur (Duranti) ; des anthropologues se sont intéressés à l’attribution d’agentivité aux objets, c’est-à-dire à ces situations où l’on considère que des artefacts ont la capacité d’agir de manière plus ou moins autonome par rapport aux hommes (Gell, Pitrou) ou en continuité avec ceux-ci. Le modèle de l’agentivité partagée entre plusieurs sujets, humains ou non, permet en outre une réflexion qui s’affranchit de la dichotomie entre agent et patient. De plus, philosophes et anthropologues s’accordent pour donner un fondement interpersonnel aux capacités cognitives humaines, comme les processus décisionnels ou les émotions (distributed cognition) ; les objets jouent aussi un rôle actif non seulement dans l’apprentissage de certaines techniques – comme le tissage, ou la mnémotechnique –, mais brouillent aussi les frontières entre l’idéation d’un projet et son exécution (Ingold). La sociologie enfin permet une analyse plus fine de la catégorie de l’action, en réfutant une conception monolithique de l’acteur social (Lahire). Dans cette perspective, les études de genre interrogent et remettent en cause l’attribution à un agent d’un rôle social genré censé le définir (Boehringer et Sebillotte).

            Nous proposons d’explorer l’action dans l’Antiquité, que celle-ci soit technique, rituelle, artistique, juridique, politique, héroïque ou mythique, à partir de différents types de sources et notamment autour des questions suivantes :

            → le lexique de l’action dans les langues anciennes, notamment en réponse à l’ouvrage de Benveniste.

            → la décomposition de l’action en différents moments telle que la proposent les sources. Qu’est-ce qui marque le début et la fin de l’action ? Comment une action est-elle sanctionnée ? Quelles sont les conditions de sa réussite ou de son échec ?

            → les gestes mis en œuvre dans la réalisation des actions. Comment sont-ils décrits ou représentés ? Sous-tendent-ils la conception d’un agent unique ou d’une pluralité d’agents ?

            → l’articulation des agents humains et non humains notamment dans le cadre de l’action rituelle, mais non exclusivement. Comment le rapport entre action divine et humaine se configure-t-il dans un certain contexte ? Comment les objets sont-ils inclus dans l’action ? Se trouvent-ils investis de la capacité d’agir ? Ou participent-ils à construire l’efficacité de l’action humaine ?

            → l’expression de l’action par des moyens non langagiers (notamment iconographiques).

l’articulation des différentes identités que construit l’acteur en fonction du contexte de l’action et de la stratégie discursive.

Séminaire des doctorants d'AnHiMA (UMR 8210)