Une présentation très personnelle des historiographies de la médecine.

Par Hélène Castelli (12 novembre 2015).

L’exposé est d’emblée qualifié de « très personnel » pour signifier qu’il ne saurait être question de poursuivre un but d’objectivité et d’exhaustivité. Il s’agit de faire part de la perception limitée que peut avoir une doctorante de deuxième année d’un champ historiographique à la fois ancien et vaste. L’histoire de la médecine s’est institutionnalisée en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Aujourd’hui, rien qu’à Paris, deux séminaires de recherche en sciences humaines lui sont consacrés. Ainsi, quels sont les grands courants historiographiques en matière de médecine, et qu’est-ce qui les différencie ? Comment se situer par rapport à ces courants en tant que doctorante ?

Une première partie présente l’historiographie qualifiée de « traditionnelle » de la médecine. Majoritairement écrite par des médecins de métiers et des philologues, elle fait la part belle à l’évolution des savoirs médicaux. Une deuxième partie présente l’histoire sociale de la médecine, introduite en France dans les années 1960 par l’historien Jacques Léonard. Ce courant invite à orienter la réflexion vers la médecine considérée comme une pratique sociale. Il s’agit de s’intéresser aux actrices et acteurs du soin dans leur diversité, aux relations soignant.e.s-soigné.e.s et aux liens que les sphères du soin entretiennent avec les sphères politiques, économiques et culturelles. Une troisième partie présente les apports de l’anthropologie de la santé et de la guérison. Ce champ d’étude, très dynamique dans le monde anglo-saxon, ouvre de nouvelles perspectives dont l’historien.ne de la médecine – y compris de la médecine ancienne – ne saurait aujourd’hui se passer.