Hippocrate pater hugieiès. La fabrique d’un personnage majeur, du Ve siècle avant notre ère à nos jours.

Par Hélène Castelli (18 février 2015)

Presqu’exclusivement laissée aux commentaires exclusifs des médecins et des philologues, la vie du médecin Hippocrate mériterait une réflexion proprement historienne et tournée vers l’histoire sociale et l’histoire des représentations. Ainsi, que nous apprennent les sources sur ce personnage déjà majeur quelques années seulement après sa mort ? Comment l’historiographie a-t-elle traité ce personnage pour en arriver finalement à la constitution de cette figure à la fois iconique et désincarnée, ce personnage à la fois majeur et tombé dans l’oubli ?

Une première partie présente les sources anciennes qui nous permettent d’appréhender la vie du médecin. De son vivant, il n’est connu que par deux citations de Platon, qui affirment son existence et sa célébrité dans le monde grec. Après sa mort, les sources le concernant se multiplient : Aristote l’évoque, il est au centre des Lettres apocryphes et de divers écrits d’époque hellénistique. Une deuxième partie propose une relecture de ce matériel à l’aune de l’histoire sociale : Hippocrate, en tant qu’Asclépiade de Cos, fait partie d’un génos très renommé et fortuné en mer Egée. En témoignent son haut niveau de vie, son prestige, ses relations avec des souverains et les privilèges dont il jouit à Delphes et Athènes. Une troisième partie revient sur le traitement historiographique de cette figure. Il est le plus souvent vu comme un pionnier de la médecine dans le cadre de l’histoire téléologique et triomphaliste menée par les médecins depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et ce en dépit de la grande méfiance d’Emile Littré quant aux informations biographiques comprises dans les Lettres, décrets et harangues intégrés au Corpus hippocratique.