L’histoire de Phidippidès, d’Hérodote à Lucien Réflexions sur la construction d’un mythe.

Par Nicolas Siron (17 décembre 2014).

La légende de Philippidès/Phidippidès est bien connue aujourd’hui : en 490 avant Jésus-Christ, juste après la bataille de Marathon où se sont affrontés les Perses menés par Datis, le général de Darius, et les Grecs constitués des forces athéniennes et platéennes, Phidippidès est envoyé par Miltiade pour annoncer la victoire à la ville d’Athènes. Partant de la plaine où les hoplites viennent de déferler sur les Mèdes, il court tout le long du trajet et s’effondre dans la ville en proclamant dans un dernier souffle : nenikekamen, « nous avons gagné ». Cet exposé des faits correspond à peu près à la version que développe Lucien de Samosate dans Sur un lapsus en saluant (§ 3), où sa faute en prononçant le mot chairé l’amène à détailler ceux qui ont déjà employé la formule dans les sources textuelles dont il a connaissance, comme la phrase qu’il attribue à Phidippidès « Salut, nous sommes vainqueurs ! ».

Pour autant, cette version ne s’accorde pas du tout avec celle d’Hérodote, qui décrit les guerres médiques et parle de Phidippidès comme de l’hémérodrome, littéralement celui qui fait la route en un jour, qui va demander de l’aide aux Spartiates, lesquels refusent du fait d’une cérémonie religieuse. Les deux narrations s’opposent donc en de nombreux points : le messager rejoint Sparte ou Athènes, avant ou après la bataille, pour annoncer un refus ou une victoire et survit ou meurt après avoir accompli sa mission. Surtout, dans les écrits d’Hérodote, son rôle est presque insignifiant, puisque son action n’a aucune incidence sur le déroulement des événements, au contraire de la mention de Lucien qui en fait le protagoniste de son anecdote. Simple messager, presque anonyme, ce personnage devient entre le Ve siècle avant J.-C. et le IIe siècle de notre ère le sujet d’une légende, suffisamment importante pour être aujourd’hui la base d’une épreuve disputée chaque année dans de nombreux endroits.

Le point de départ qu’est Hérodote est essentiel : si la demande adressée par les Athéniens aux Lacédémoniens est souvent considérée comme authentique par les historiens, toute la partie du discours qui présente la rencontre entre le héraut et Pan sur le mont Parthénion près de Tégée en Arcadie est délaissée comme inexacte. Est donc créée une distinction qui n’existe pas à l’époque, pour opposer ce qui est de l’ordre du mythe et de l’histoire. Mais se baser sur la logique (notre logique) pour trier le bon grain de l’ivraie est évidemment déformer anachroniquement le récit hérodotéen. En ne cherchant pas à voir Hérodote comme un collègue et par conséquent en le traitant comme une source, c’est-à-dire en abandonnant la recherche de ce qui a vraiment eu lieu, il est possible de percevoir le thème de Phidippidès comme un mythe, tout comme les mythes héroïques, constamment repris mais jamais de façon identique. Surtout, en tant que mythe, il en dit plus sur la société qui le produit ou se le réapproprie que sur lui-même. Les multiples sources qui évoquent ce personnage sont autant de re-présentations de l’épisode, avec leurs contextes et leurs intérêts particuliers, qu’il est intéressant de décoder.

Chez Hérodote, le développement répond à un double imaginaire. D’un point de vue direct, la course de Phidippidès est l’occasion de justifier la présence du sanctuaire de Pan sur le flanc nord-ouest de l’Acropole, c’est-à-dire de procéder à un récit étiologique. Mais cette description est aussi traversée par l’opposition conceptuelle entre les Grecs, dont les messagers vont à pied comme Phidippidès, dont le nom basé sur pheidomai et hippos signifie « celui qui s’abstient de cheval », et les Perses, célèbres pour leur cavalerie, à la fois pour la communication et l’armée. Enfin, le refus spartiate de venir combattre met en avant le combat des Athéniens accompagnés par les seuls Platéens. Or, à l’époque où l’historien d’Halicarnasse rédige son ouvrage, à savoir dans les années 440, la ligue de Délos que commande Athènes, à l’origine face à la menace perse, est fortement décriée, alors même que le trésor a été transporté sur l’Acropole et commence à servir à la monumentalisation de la cité (dont l’Acropole, où se situe la grotte de Pan). Le rappel de la légitimité d’Athènes à diriger les opérations ne saurait être innocent.

Un passage peu analysé au sujet de Phidippidès réside dans l’Oraison funèbre prononcée par Lysias durant la guerre de Corinthe au début du IVe siècle. L’orateur reprend, comme de nombreux autres avant et après lui, le thème de Marathon pour vanter les mérites des Athéniens mais en profite pour nier explicitement le fait que des messagers seraient allés demander de l’aide aux autres Grecs (§ 23), ce qui équivaut à la négation de l’existence de Phidippidès. Il ajoute même que le combat a été si rapide que les messagers ont annoncé en même temps l’arrivée des Perses et la victoire des Athéniens (§ 26). Lysias corrige donc le texte d’Hérodote, afin d’ôter toute référence aux Lacédémoniens (et même aux Platéens), alors qu’il s’agit au début du Ve siècle de la principale cité grecque. L’ambition de l’auteur est d’évacuer les Spartiates des guerres médiques, ce qu’il opère également dans le reste du discours, dans le contexte de l’opposition frontale avec Sparte, dont les excès suite à la fin de la guerre du Péloponnèse sont dénoncés. Ainsi, du fait de cette argumentation rhétorique, est franchi le premier pas de la transformation de Phidippidès, en effaçant son rôle avant la bataille pour ne parler que des messagers de victoire.

Plutarque est un autre tournant puisqu’il crée l’épisode de la mort du héros dans Les Athéniens se sont-ils davantage distingués par les lettres que par les armes ? (Œuvres morales, 22), même si le nom de la victime est Euclès et non Phidippidès (§ 3). Plutarque invente également la formule prononcée « Salut, réjouissons-nous ! », ce qui est un jeu de mot sur chairé/chairomen. Or le propos général du traité est centré sur la distinction entre les historiens et les hommes dont ils parlent, les hommes d’action ayant de loin sa préférence puisque les historiens, comme les peintres, ne font que représenter une copie du réel. Euclès est justement décrit comme un combattant de Marathon, encore chaud de l’affrontement. Comme Xénophon, il est autangelos, c’est-à-dire qu’il raconte une bataille à laquelle il a pris part, au contraire des bouviers et des chevriers, qui font penser aux messagers tragiques. Sa mort est alors un moyen de rappeler cette participation directe : même en remplissant sa charge de héraut, il reste un guerrier près à mourir pour sa cité. Le projet du traité est donc fondamental dans la modification de l’histoire de Phidippidès. En outre, Plutarque rectifie une autre partie du récit initial dans l’œuvre De la malignité d’Hérodote (Œuvres morales, 57), dans laquelle il dénonce les erreurs et tromperies de l’historien : il remet en cause le fait que les Spartiates aient attendu pour porter secours aux Athéniens et explique qu’ils sont seulement arrivés trop tard (§ 26). L’évocation de Phidippidès est alors utilisée pour démentir Hérodote en comptant les jours des événements. Même si son calcul se révèle erroné, cette perspective s’inscrit dans sa volonté de voir une Grèce unie et pacifiée.

Enfin, si Pausanias témoigne de la survivance de la version hérodotéenne au IIe siècle après J.-C. (Périégèse, I, 28, 4 et VIII, 54, 6), Lucien de Samosate porte la dernière pierre au nouveau récit en transformant la formule, car il n’a que faire du jeu de mot plutarquéen, pour la remplacer par « Salut, nous sommes vainqueurs ! ». Il s’agit alors pour lui de démontrer son érudition en alignant des références à différents auteurs, comme Hérodote mais aussi Thucydide avec la mention des lettres de Cléon et Nicias. Il met aussi en place un décor, en affirmant que les destinataires du message sont les archontes assis sur leurs sièges, motif largement repris par les peintres très postérieurs, à l’image du tableau de Luc-Olivier Merson (1869).

Chaque modification s’explique ainsi selon les objectifs et conceptions propres des textes qui les apportent. Surtout, chaque source apparaît comme un élément essentiel de la métamorphose de l’histoire de Phidippidès, sans lesquelles elle n’aurait pu se réaliser, alors pourtant que les vues des auteurs peuvent être diamétralement opposées, comme l’oraison pro-athénienne de Lysias et la réhabilitation des Lacédémoniens par Plutarque. Un dernier élément reste néanmoins inexpliqué : quand et comment le nikômen de Lucien est-il devenu nenikekamen ? Le parallèle peut être fait avec la formule heurêka, qui est au parfait comme nenikekamen et qui a pour la première fois été attribuée à Archimède par Vitruve au Ier siècle de notre ère (Sur l’architecture, IX, 10), mais, en l’absence de textes, une telle explication reste lettre morte.