Coriolan: Introduction

Par Vincent N’Guyen-Van (17 septembre 2014).

Quand Plutarque écrit sa vie de Coriolan, ce dernier est depuis longtemps une figure plus mythique qu’historique. Le récit de Plutarque s’appuie pour l’essentiel sur les travaux de Denys d’Halicarnasse, lequel se réclame de Caton (le Censeur 234-149), Valerius Antias (Ier s.) et Licinius Macer (105-66). Plusieurs siècles séparent donc la vie d’un hypothétique C(n). Marcius Coriolanus de ses premières relations historiques.

Ce récit se résume aisément. Aristocrate romain du début du Ve siècle, Marcius s’illustre lors de la prise de Corioles et se voit décerner le cognomen  Coriolanus. De retour à Rome et en dépit des services rendus à la République, Marcius échoue aux élections avant d’être condamné à l’exil lors d’un procès orchestré par les tribuns de la plèbe. L’arrogant guerrier aristocratique décide de se venger et se joint à ses ennemis d’hier, les Volsques, pour faire la guerre à Rome. Alors qu’il assiège sa cité d’origine, Marcius reçoit la visite de sa femme et de sa mère. Ému par leurs supplications, il renonce à prendre Rome et lève le siège. Son histoire achevée, le héros n’a plus qu’à mourir, assassiné sur le forum ou par les Volsques qu’il a trahi.

La cohérence et l’élégance structurelle de ce récit prouve assez le travail de mise en forme et de construction successive dont il a été l’objet. Les étapes de cette construction ont été étudiées par J.-M. David (« Les étapes historiques de la construction de la figure de Coriolan« , 2001) qui résume ainsi sa démonstration: « La construction de la figure de Coriolan a, au cours des siècles, obéi à des contraintes différentes qui, par phases successives, ont déterminé la richesse et la complexité du personnage : étiologie du sanctuaire et des rites, revendication d’un héros familial par les Marcii, établissement d’un exemplum du grand homme injustement sanctionné par le peuple. Chacune d’entre elles correspondant à un mode de construction mémorielle répondant aux pratiques narratives et aux nécessités de la culture politique de son temps.  « 

Ces usages intentionnels du personnage expliquent la richesse et la diversité des interprétations dont son histoire peut faire l’objet. Dans le cadre de cette introduction, je n’en retiendrai qu’une, qui me semble être au cœur de la biographie moralisante de Plutarque: l’opposition entre virtus et pietas. 

Plutarque indique, dans un passage plein de condescendance, que la virtus des Romains ne permet pas la distinction entre la virilité et la vertu morale. Incarnation de cette valeur guerrière, Coriolan se détourne de ses devoirs avec Rome et pousse l’impiété jusqu’à faire la guerre à sa cité. Seules les supplications de son épouse et de sa mère parviennent à le contraindre, la pietas l’emportant ainsi sur la virtus.

De manière plus large, le Coriolan de Plutarque pose la question de la place, dans la cité, de la violence et de ceux qui l’exercent. À la violence du guerrier Coriolan répond en effet la violence des conflits politiques et sociaux de la République.  Instrument des guerres de Rome contre les Volsques, Coriolan a-t-il sa place dans la cité une fois la guerre terminée? Sa valeur guerrière le condamne-t-elle à faire naître le conflit où qu’il se trouve?