Comment croire des sceaux falsifiables ? Le stratagème sigillaire d’Alexandre (Lucien, Alexandre ou le faux prophète, 19-21)

Par Nicolas Siron (21 novembre 2013).

Dans l’œuvre Alexandre ou le faux prophète, Lucien de Samosate dépeint la vie d’Alexandre d’Abonotique pour critiquer l’oracle qu’il a mis en place avec son acolyte Coccônas en Paphlagonie. Après avoir exposé l’histoire personnelle d’Alexandre et la création du sanctuaire, Lucien consacre trois sections de son récit à la supercherie qui permet au faux devin de fournir des réponses oraculaires grâce à la falsification des sceaux apposés sur les demandes des consultants (§ 19-21). Si la contrefaçon des cachets est évoquée à plusieurs reprises dans les textes grecs encore conservés aujourd’hui (Thucydide, I, 132, 5 ; Aristophane, Thesmophories, 414-428 ; Diodore de Sicile, I, 78, 3), ce passage est la plus longue description des moyens pour y parvenir dans l’ensemble des sources grecques préservées. Elle est donc particulièrement intéressante, d’autant plus qu’elle brosse plusieurs façons de décacheter et recacheter un message sans être découvert : couper en deux morceaux la cire sans toucher au motif pour les recoller ensuite, faire un moulage de l’empreinte pour pouvoir reconstituer un sceau après avoir détruit l’original, à partir d’un emplâtre ou d’un mélange concocté par ses soins (§ 21).

Outre la contrefaçon, cette narration fait retour au fonctionnement matériel des sceaux dans l’Antiquité. Appliqués sur des messages écrits tels des lettres, des testaments, des contrats ou des tablettes en tout genre – ici des questions oraculaires – mais aussi sur des contenants tels des coffres, des urnes ou même des bâtiments, les cachets sont apposés sur une ficelle qui entoure le message (ou une élément des portes ou des boîtes), comme le mentionne Lucien en parlant du premier stratagème d’Alexandre (§ 21), ce qui va dans le même sens que le cordon évoqué par Thésée dans l’Hippolyte d’Euripide (v. 856-865). Les sceaux servent donc avant tout à fermer l’objet qu’ils sécurisent, en assurant que celui-ci n’a pas été ouvert. La destruction d’un sceau entraîne ainsi la perte de validité du document concerné. C’est pourquoi plusieurs dispositifs ont été mis en place pour sauvegarder ce mode de préservation : il peut s’agir d’une coquille protectrice (Aristophane, Guêpes, 583-586) ou de dépositaires qui sont garants de l’acte (fréquemment mentionnés chez les orateurs attiques).

Pour autant, le récit de Lucien illustre la possibilité communément acceptée qu’un sceau soit falsifié. Comme l’explique Robert Bonner, « there is abundant evidence that seals were frequently not effective. They were not hard to imitate and could even be removed and replaced in the manner already described. » (« The Use and Effect of Attic Seals », Classical Philology, 3 (1908), p. 404) Lucien dit d’ailleurs que l’artifice d’Alexandre est « évident et facile à reconnaître » (§ 20). Cette faillibilité intrinsèque pose la question de l’efficacité d’un tel mécanisme : à quoi peut servir un cachet si tout le monde a conscience qu’il peut être contrefait ? Il ne convient pas de remettre en cause la garantie qu’assurent les sceaux, largement reconnue en Grèce ancienne, à l’image d’Agamemnon qui y voit le moyen pour son messager de se faire croire de Clytemnestre à laquelle il envoie un message (Euripide, Iphigénie à Aulis, 153-156). L’iconographie offre une amorce de réponse : les nombreuses matrices conservées (dans les recueils de John Boardman, Gisela Richter ou John Beazley) laissent percevoir la récurrence des motifs de puissances divines tels Héraclès ou Athéna ou de créatures mythiques tels des gorgoneions ou des griffons. Rompre les cachets, c’est s’en prendre aux divinités qui y sont représentées.

Ainsi, l’attestation opérée grâce aux sceaux est possible malgré la dépréciation de leur propriété de validation, du fait d’un fonctionnement différent de celui qui nous est commun dans notre société contemporaine : le sceau n’accrédite pas parce qu’il permet d’être sûr que le message est véridique mais parce que, si ce n’est pas le cas, celui qui a élaboré la machination se verra subir une peine plus forte que celui qui a été trompé. En exposant la supercherie sigillaire d’Alexandre, Lucien le fait paraître comme un être particulièrement impie, qui plus est concernant des oracles liés à Apollon. C’est tout le but de cette séquence (et du reste de l’ouvrage), ce qui est corroboré par le fait que les différents moyens envisagés par l’auteur de contrefaire les cachets ne sont que des suppositions, puisqu’il ne peut pas avoir vu Alexandre effectuer ses subterfuges. Lucien précise d’ailleurs, après avoir décrit les différentes méthodes de contrefaçon, qu’il en existe d’autres et que Celse, son destinataire, en connaît encore de nombreuses (§ 21), ce qui montre bien que son développement provenait de ses connaissances personnelles des procédés de falsification plutôt que d’une constatation directe des actes du « faux prophète ».